Les chiffres racontent-ils une histoire ?

Les chiffres racontent-ils une histoire ?

L’expression néerlandaise « Meten is Weten ! » est une expression courante qui signifie que si vous ne savez pas quelque chose, vous n’avez qu’à mesurer ! L’équivalent français est « Savoir pour mieux agir ». Chez Measuremen, nous devrions bien sûr être totalement d’accord avec cette affirmation, puisqu’il s’agit en fait d’une des valeurs de base de notre entreprise. Mesurer devrait être aussi simple que cela. Mais plus nous mesurons pendant un certain temps, plus nous découvrons à quel point il peut être difficile de bien mesurer.

Il faut bien mesurer pour obtenir ce dont vous avez besoin. Par exemple, imaginez que vous souhaitiez mesurer la réussite de votre entreprise. Vous demandez à votre directrice commerciale : « Quel est le taux de réussite de notre entreprise ? » Et elle répond : « Nous avons fait 230 ventes ce mois-ci ! C’est un vrai succès ! » Elle a raison sur ce point. Ensuite, vous posez la même question à votre directeur des ressources humaines. Il pourrait dire : « Nous avons 3 personnes qui ont été victimes d’épuisement professionnel, pas une si bonne réussite. » Il a également raison à ce sujet. Vous pouvez poser la même question à différents responsables et vous obtiendrez toujours des réponses différentes, même s’ils donnent tous la bonne réponse. La question peut donc être inadaptée puisque la « réussite » est un terme subjectif qui peut être abordé sous différents angles.

Mesurer ce qui compte                                                                                               
Tout gestionnaire d’une organisation a une définition personnelle de « faire du bon travail ». Vous pouvez essayer de mesurer la réussite à l’aide d’une « variable » quantitative. Pour les responsables d’installations, les variables peuvent être les coûts par mètre, les taux d’occupation ou les expériences en milieu de travail. Mais mesurer une chose et la définir comme étant indicatrice de votre bon travail peut être trop simpliste. En se concentrant trop sur un ensemble de variables, vous risquez de négliger (et d’abandonner) certaines autres variables que vous n’avez pas mesurées. Par exemple, si vous vous concentrez uniquement sur la variable « coûts des stocks », vous pourriez oublier le coût de l’espace. De plus, vous pourriez réduire les variables (les stocks), ce qui interfère avec la productivité des employés. Cela pourrait irriter le directeur des ressources humaines, qui lui se concentre sur cette variable. Par conséquent, le fait de disposer d’un éventail de variables, d’avoir des vues détaillées et des vues d’ensemble, et d’adopter des perspectives différentes, tout cela pourrait vous donner une approche plus large et plus intégrale. Mais attention, une collaboration trop étroite entre différents responsables pourrait en résulter !

Des mesures comme indicateurs                                                                                   
Les mesures sont toujours des indicateurs pour quelque chose pouvant nécessiter une action. Le fait de voir des taux d’occupation élevés dans votre immeuble, par exemple, pourrait vous donner le sentiment que quelque chose ne va pas. Cependant, un taux d’occupation élevé n’est pas absolument bon ou mauvais. Par exemple, si vous avez quelques bureaux dans une énorme salle, un taux d’occupation élevé ne devrait pas vous inquiéter. La figure ici montre deux salles avec le même taux d’occupation, mais avec des circonstances complètement différentes. Si vous voyez cela, vous pouvez alors aussi imaginer comment d’autres facteurs (comme des cloisons, des activités ou l’emplacement des bureaux) influencent le « problème » d’un taux d’occupation élevé. Par conséquent, vous devez réaliser que la vie réelle est complexe et qu’une mesure objective ne peut pas saisir toute la situation. De nombreux facteurs ont une influence sur d’autres facteurs et vice versa, il est donc parfois difficile de donner un sens direct à vos mesures.

Des mesures avancées                                                                                                       
Bien qu’une mesure ne suffise pas à en dire beaucoup sur votre organisation, plusieurs mesures augmentent l’utilité de vos mesures. Lorsque vous effectuez plusieurs mesures à la fois, vous pouvez commencer à calculer des ratios. Par exemple, le nombre d’employés installés aux bureaux comparé à la surface en mètres carrés (voir figure), cela vous donne l’occupation relative, ce qui pourrait être une statistique plus utile. Ensuite, en effectuant plusieurs mesures sur plusieurs jours, mois et années, vous pouvez voir comment les choses évoluent dans le temps. Par la répétition, les mesures deviennent utiles parce qu’elles vous indiquent le changement relatif. Vous savez comment c’était avant, et vous pouvez voir comment c’est maintenant. La variation des variables peut vous donner un aperçu significatif de la rapidité avec laquelle les choses peuvent évoluer, ainsi qu’un aperçu des facteurs qui influencent les changements.

Conclusions                                                                                                             
Mesurer votre organisation vous donnera toujours des informations plus objectives sur sa situation. Cependant, vous devez vraiment réfléchir à ce qu’il faut mesurer et à la façon d’utiliser les données obtenues. Si elles sont utilisées correctement, ces données peuvent être d’une grande aide dans la prise de décisions. Chez Measuremen, nous vous proposons de nombreuses façons de mesurer la bonne chose que vous souhaitez mesurer. Nous pouvons mesurer toutes sortes de paramètres pertinents relatifs au milieu de travail, grâce à différentes méthodologies et technologies de mesure valides et utiles. Grâce à des visualisations de données utiles et interactives, vous pourriez utiliser ces données correctement afin d’appuyer vos prises de décisions de façon plus significative.